BAnQ - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Collections

PERRAULT, JOSEPH-FRANÇOIS
(1753-1844).

Historien, pédagogue et essayiste, né à Québec.

Fils d'un commerçant, il fait ses études secondaires au Petit Séminaire de Québec. De 1773-1780, il travaille au commerce familial en Louisiane. De retour à Québec en 1780, il s'établit à Montréal et s'intéresse vivement à la vie culturelle. Il devient acteur dans des troupes d'amateurs, notamment celle de Quesnel (1789-1790).

Grâce à l'appui de son ami Pierre-Amable De Bonne, autre membre de la troupe de Quesnel et conseiller exécutif, il est nommé greffier à la Cour du banc du Roi, à Québec, en 1795, ce qui l'identifie aux intérêts pro-britanniques et lui attire l'antipathie du parti canadien. Député à l'Assemblée législative de 1796 à 1804, il présente en 1801 un premier projet de loi sur l'instruction publique. Il participe aussi à la fondation de deux journaux: Le Courier [sic] de Québec, en 1806, et Le Vrai Canadien, en 1810.

Pendant toute cette période, de violentes polémiques opposent Perrault aux chefs canadiens, plus particulièrement à Pierre Bédard. Perrault tente de mieux faire connaître le système parlementaire en traduisant, en 1803, la Lex Parlamentaria; il prépare aussi, à la même époque, son Dictionnaire portatif et abrégé des lois et règles du parlement provincial (1806).

A partir de 1820, Perrault se consacre principalement au développement de l'instruction à Québec. Au commencement du XlXe siècle, le nombre des illettrés atteignait des proportions alarmantes: à peine une personne sur dix savait lire et écrire. Le système scolaire proposé par le gouverneur Milnes en 1801, connu sous le nom d'Institution royale pour l'avancement des sciences, se révélait inefficace et injuste à l'égard des Canadiens français. En 1820, Perrault lance l'idée d'une association bénévole pour venir en aide à la jeunesse. Il fonde La Société d'éducation de Québec (1821), accueille plusieurs centaines d'élèves, érige une école primaire, rue des Glacis, faubourg Saint-Jean, organise une autre école primaire pour les garçons en 1829, rue d'Artillerie, faubourg Saint-Jean, et fonde, en 1823, La Société d'école britannique et canadienne de Québec qui s'installe au faubourg Saint-Roch pour aider surtout les élèves pauvres.

Perrault opte pour la méthode mutuelle et le système d'enseignement de Joseph Lancaster. Les quelques subventions d'État qu'il reçoit ne suffisent pas, et ses écoles soutenues de ses fonds cessent de fonctionner en 1837. Au cours de ces années, il publie son Cours d'éducation élémentaire (1822) et son Manuel pratique de l'École élémentaire française (1829), un Traité d'agriculture (1831) et un Abrégé de l'histoire du Canada en cinq volumes parus entre 1832 et 1836; un «Cours d'étude du commerce» (1837) n'a pas été publié.

Tous ces ouvrages témoignent de son dévouement à la cause scolaire. Joseph-François Perrault est donc l'un des premiers à s'occuper activement de l'organisation du système scolaire dans la province de Québec, et de l'amélioration du français parlé et écrit, objectifs préconisés dans le vibrant plaidoyer que présente sa brochure: Moyens de conserver nos institutions, notre langue et nos lois (1832). En 1834, à la suggestion du gouverneur Lord Aylmer, il publie son autobiographie.

Protonotaire de Québec de 1802 à 1844, il fut mêlé à l'histoire judiciaire des embarras financiers de Philippe Aubert de Gaspé pour qui il accepta de se porter caution. A sa mort, Napoléon Aubin écrit: «le pays a fourni en abondance d'éloquents orateurs, d'habiles jurisconsultes, de profonds politiques, de savants écrivains, d'actifs, de probes industriels, combien a-t-il produit de philanthropes pratiques du genre du vénérable patriarche de Québec?».

Joseph-François Perrault, appelé «le père de l'éducation à Québec», a grandement contribué, par son action, ses méthodes pédagogiques et ses écrits, au progrès de l'école française au Bas-Canada.

OEUVRES

Le Juge à paix et Officier de paroisse, pour la province de Québec. Extrait de Richard Burn, Montréal, Fleury Mesplet, imprimeur, 1789, 561 p. Traduit par Jos F. Perrault.

Mémoire en cassation du testament de Mr. Simon Sanguinet, écuyer, seigneur de la Salle, & c. précédé du testament, [Montréal], Chez Fleury Mesplet, [1791], 20 p.

Lex Parliamentaria ou Traité de la loi et coutume des parlements, montrant leur antiquité, noms, espèces et qualités des trois états, et de la dignité & excellence des Parlements, leur pouvoir et autorité, de l'élection des membres de la Chambre des Communes en général, leurs droits, devoirs, et le mode d'élections, des retours en parlements, le devoir des shériffs et autres officiers à cet égard, [...], Québec, P.E. Desbarats, 1803, xvi, 421 p. Traduit en français par Jos. F. Perrault.

Dictionnaire portatif et abrégé des lois et règles du Parlement provincial du Bas Canada, depuis son établissement par l'acte de la 31e année du règne de Sa Très Gracieuse Majesté George III, ch. XXXI jusques et compris l'an de Notre Seigneur 1805, Québec, Chez John Neilson, 1806, 96 p.

Questions et Réponses sur le droit civil du Bas-Canada dédiées aux étudiants en droit, [Québec, s.é.], 1810, [10], 386 p. Préface de l'auteur.

Formules des ordres que l'on délivre le plus communément pour les termes inférieurs de la Cour du banc du roi, en tournée, [Québec, s.é. 1812], [5], 33 p.

Manuel des huissiers de la Cour du banc du Roi, du district de Québec, dans la province de Québec, Québec, Imprimé par C. LeFrançois, 1813, 76 p.

Questions et Réponses sur le droit criminel du Bas-Canada, Québec, Imprimé par C. LeFrançois, 1814, 491 p.

Cours d'éducation élémentaire à l'usage de l'école gratuite, établie dans la cité de Québec en 1821, Québec, Imprimé à la Nouvelle Imprimerie, 1822, 172 p.

Nouvelle méthode pour apprndre [sic] la langue angloise avec facilité, expédition et aeconomie [sic] introduite dans l'école gratuite à Québec, [s.l., s.é.], 1823.

Extraits ou Précédents tirés des registres de la Prévosté de Québec, et dédiés aux Honorables juges, aux gens du roi, aux avocats, procureurs, et praticiens de la province du Bas-Canada, Québec, Imprimé par Thomas Cary & Co., 1824, 88 p.

Extraits ou Précédents des arrests tirés des registres du Conseil supérieur de Québec, et dédiés a Son Honneur Sir Francis Nathaniel Burton, Lieutenant-Gouverneur, et aux autres honorables Membres de la Cour d'appel de la province du Bas-Canada, Québec, Imprimé par Thomas Cary & Co., 1824, 78 p.

Manuel pratique de l'École élémentaire française, Québec, [s.é.], 1829, 47 p.

Plan raisonné d'éducation générale et permanente, le plus propre à faire la prospérité du Bas-Canada, en égard à ces circonstances actuelles, Québec, [s.é.], 1830, 9 p.

Premiers Elément [sic] pour montrer à lire en français aux enfants de l'âge le plus tendre, Québec, C. LeFrançois, 1830, 61 p.

Tableau alphabétique de mots de trois syllabes, à l'usage des écoles élémentaires françaises, Québec, Imprimé chez C. LeFrançois, imprimeur-libraire, 1830, 50 p.

Abrégé de l'histoire du Canada, Québec, Thomas Cary, 1831, 250 p.

Traité d'agriculture adapté au climat du Bas-Canada, Québec, Imprimé par Fréchette & cie, 1831, 69, iii p.; Traité d'agriculture pratique, lle partie. De la grande et moyenne culture adaptée au climat du Bas-Canada, Montréal, [s.é.], 1865, 2 vol.: vol. 1, 91 p.; vol. 2, 196 p. Ill. Avant-propos de l'auteur.

Abrégé de l'histoire du Canada, en quatre parties, à l'usage des écoles élémentaires, Ire partie: Depuis sa découverte jusqu'à sa conquête par les Anglais en 1759 et 1760, 80 p.; IIe partie: Depuis sa conquête, par les Anglais, en 1759 et 1760, jusqu'à l'établissement d'une Chambre d'Assemblée en 1792, Québec, P. & W. Ruthven, 1832, 160 p.; 1832; 1843; IIIe partie: Depuis l'établissement d'une Chambre d'Assemblée jusqu'à l'année 1815, Québec, P. & W. Ruthven, 1833, 197 p.; IVe partie: Depuis le départ du Général Provost jusqu'à celui du comte Dalhousie, Québec, P. & W. Ruthven, 1833, 164 p. Le volume contient une section à part, Abrégé de l'histoire du Canada, en cinq parties, cinquième partie: Depuis le départ du comte Dalhousie jusqu'à l'arrivée du Lord Gosford et des Commissaires royaux, Québec, P. Ruthuen, 1836, 244 p. (Il ne s'agit que de la cinquième partie de l'ouvrage).

Code rural à l'usage des habitants tant anciens que nouveaux du Bas-Canada, concernant leurs devoirs religieux et civils, d'après les lois en force dans le pays, Québec, Imprimerie de Fréchette & cie, 1832, iii, 31 p.

Moyens de conserver nos institutions, notre langue et nos lois, Québec, Imprimerie Fréchette & cie, 1832, 32 p.; Montréal, Réédition-Québec, 1968. (Réédition en facsimilé de l'édition de 1832).

Biographie de Joseph-François Perrault, protonotaire de la cour du Banc du Roi pour le district de Québec, écrite par lui-même à l'âge de quatre-vingts ans, sans lunettes, à la suggestion du Lord Aylmer, gouverneur en chef du Bas et du Haut-Canada, Québec, Thomas Cary & cie, 1834, 41 p.; (Paru aussi dans Philippe-Baby Casgrain, La vie de Joseph-François Perrault, surnommé le Père de l'éducation du peuple canadien, Québec, Darveau, 1898, 177 p.).

Quatre années en Parlement. Aux électeurs du comté de Richelieu, [Montréal?, s.é., 1867?], 27 p.

ÉTUDES

Prosper Bender, Old and New Canada, 1743-1844. Historic Scenes and Social Pictures or the Life of Joseph-François Perrault, Montréal, Dawson, 1882, xi, 291 p.

Philippe-Baby Casgrain, La vie de Joseph-François Perrault, surnommé le Père de l'éducation du peuple canadien, Québec, Darveau, 1898, 177 p.

Philippe-Baby Casgrain, «Joseph-François Perrault», Bulletin des recherches historiques, vol. 5, no 6, 1899, p. 175-176.

Philippe-Baby Casgrain, «Ouvrages publiés par Joseph-François Perrault», Bulletin des recherches historiques, vol. 20, no 1, 1914, p. 20-23.

Marine Leland, «Joseph-François Perrault, années de jeunesse, 1753-1783», Revue de l'Université Laval, vol. 13, nos 2-3, 5-9, 1958-1959.

Louis-Philippe Cormier, «Quatre lettres inédites de Joseph-François Perrault», Revue de l'Université Laval, vol. 17, no 6, 1963, p. 508-519.

Jean-Jacques Jolois, Joseph-François Perrault (1753-1844) et les Origines de l'enseignement laïque au Bas-Canada, Montréal, Presses de l'Université de Montréal, 1969, 268 p.

Louis-Philippe Audet, Histoire de l'enseignement au Québec 1608-1840, Montréal, Holt, Rinehart and Winston, 1971, xv, 432 p., surtout p. 365.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Vous avez une question?

Demandez à un bibliothécaire ou à un archivisteNous joindre