BAnQ - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Collections

HARVEY, JEAN-CHARLES
[Pseud.: Benjamin Doré, Sapho, Un Sauvage, Un ami d'Alceste]
(1891-1967).

Journaliste, romancier, conteur, né à La Malbaie.

Il commence ses études classiques au Séminaire de Chicoutimi en 1905, laisse cette institution en 1908 pour entrer chez les Jésuites qu'il quitte en 1913, fait quelques mois de droit à l'Université Laval à Montréal, est engagé en 1914 au Canada comme reporter, passe à La Patrie en 1915, puis à La Presse (1916-1918). Sa carrière de journaliste se prolongera plus d'un demi-siècle.

En 1918, la compagnie La Machine agricole nationale de Montmagny l'engage en qualité de rédacteur publicitaire; il y reste jusqu'à la faillite de la compagnie en 1922, aventure qui est à l'origine de son premier roman, Marcel Faure. En février de cette année, il entre au Soleil dont il sera courriériste parlementaire en 1925, puis rédacteur en chef de 1927 à 1934. Il reçoit le titre d'Officier d'Académie du ministère de l'Instruction publique de France en 1928, et le prix David pour L'homme qui va, en 1929.

Destitué de ses fonctions à la parution des Demi-civilisés, il est nommé directeur du Bureau de la statistique du gouvernement du Québec. Il collabore au Canada (1935). Limogé par l'Union nationale, en 1937, il fonde Le Jour qui dure jusqu'au 25 juin 1946. Il devient alors journaliste à la pige à Radio-Canada (1947), puis commentateur à CKAC (1951). Il est enfin directeur des publications du Petit Journal et de Photo-Journal (1953-1966). Il a de plus collaboré à plusieurs autres périodiques: La Revue moderne, Le Cri de Québec, Vivre, Jeunesse, L'Ordre... A partir de 1937, il donne de nombreuses conférences à travers le Canada. Il meurt le 3 janvier 1967.

Jean-Charles Harvey, selon le mot de Guildo Rousseau, «demeure, parmi les hommes et les écrivains de sa génération, celui qu'on a le plus interpellé et le moins applaudi». Dès ses premiers ouvrages, il s'engage dans une «littérature de rupture» qui condamne le système scolaire et industriel du Québec, et prône la liberté de penser et d'aimer. La critique se montre hargneuse.

La parution des Demi-civilisés, en 1934, provoque un véritable scandale social et religieux. Harvey y reprend les mêmes thèmes, mais avec plus de force, et s'attaque violemment à la pauvreté intellectuelle et humaine de l'élite canadienne-française toute soumise à la puissance cléricale. «Les Demi-civilisés, écrit Marcel-Aimé Gagnon, était certes l'ouvrage le plus virulent jamais écrit contre l'abrutissement d'une société qui continuait de sommeiller». Le roman est condamné par l'archevêque de Québec, le 25 avril, moins de trois semaines après sa sortie. Son originalité consiste dans la saisie des métamorphoses d'une société en pleine évolution; les personnages de l'auteur témoignent tous de cette tendance «si constante qu'elle révèle la mission pour laquelle Harvey s'est voulu romancier» (Guildo Rousseau). Pierre Chalout l'a appelé le «grand-père de la révolution tranquille».

OEUVRES

La Chasse aux millions. L'avenir industriel du Canada français, Québec, Crédit industriel limitée, [1920], 40 p. Préface de l'auteur

Marcel Faure. Roman, Montmagny, Imprimerie de Montmagny, 1922, 214 p.

Pages de critiques; sur quelques aspects de la littérature française au Canada (essai), Québec, Compagnie d'imprimerie Le Soleil limitée, 1926, 189 p.

L'homme qui va. Contes et nouvelles, Québec, Imprimerie du Soleil, 1929, 215 p. Ill. de Simone Routier; Montréal/New York, Louis Carrier et compagnie/Les Éditions du Mercure; Montréal, Les Éditions de l'Homme, 1967, 158 p.

Henri Pouliot, légionnaire; histoire véridique et vécue d'un québécois simple soldat à la Légion étrangère, [Québec], Imprimerie Le Soleil, 1931, 303 p. Préface de l'auteur.

Les Demi-civilisés. Roman, Montréal, Les Éditions du Totem, 1934, 223 p.; Les Éditions de l'Homme, 1962, 158 p. Introduction de l'auteur; 1966; L'Actuelle, 1970, 197 p.; Les Demi-civilisés, Quinze, 1982, 202 p. «Québec 10/10»; Presses de l'Université de Montréal, 1988, 301 p. Édition critique par Guildo Rousseau. «Bibliothèque du Nouveau Monde». Traduction anglaise par Lukin Barette: Sackcloth for Banner (Les Demi-civilisés), Toronto, The Macmillan Company of Canada Limited, 1938, x, 262 p. Introduction de B.K. Sandwell. Préface de Lukin Barette. Seconde traduction anglaise par John Glassco: Fear's Folly (Les Demi-civilisés), Ottawa, Carleton University Press, 1982, 178 p. Introduction par John O'Connor. «Carleton Library Series».

Sébastien Pierre. Nouvelles, Lévis, Les Éditions du Quotidien, 1935, 227 p. Gravures sur linoléum de Maurice Gaudreau; Sébastien Pierre, Montréal, Stanké, 1985, 242 p. «Nouvelle 10/10».

Jeunesse (essai), Lévis, Éditions de vivre, 1935, 59 p. «Les Cahiers noirs».

Art et Combat (essai), Montréal, Éditions de l'Action canadienne française, 1937, 231 p. Préface de l'auteur.

French Canada at War (essai), Toronto, The Macmillan Company of Canada, 1941, 26 p.

Les grenouilles demandent un roi (essai), Montréal, Les Éditions du Jour, 1943, 156 p. Introduction de l'auteur. Traduction anglaise: The Eternal Struggle: The Truceless Conflict Between the Rights of the Individual and the Forces of Despotism, Toronto, Forward Publishing Company, 1943, 98 p. Introduction de l'éditeur.

[Les Armes du mensonge] (essai), Montréal, Imprimé à La Patrie, [1945], 31 p. Traduction anglaise: [The Weapons of Falsehood], 32 p.

L'Épidémie des grèves, [s.l., s.é.], 1946, 27 p.

Les Paradis de sable. Roman, Québec, Institut littéraire du Québec, 1953, 242 p.

La Fille du silence (poésie), Montréal, Éditions d'Orphée, 1958, 130 p. Préface de l'auteur.

Pourquoi je suis anti-séparatiste (essai), Montréal, Les Éditions de l'Homme, 1962, 125 p.

Visages du Québec (essai), Montréal, Cercle du livre de France, 1964, 207 p. Texte de Jean-Charles Harvey. Photographies de Marcel Cognac. Traduction anglaise par Alta Lind Cook: The Many Faces of Québec, Toronto/New York, Macmillan of Canada/St-Martin's Press, 1966, 207 p.; 1973.

Des bois... des champs... des bêtes... (nouvelles), Montréal, Les Éditions de l'Homme, 1965, 130 p. Ill. d'André L'Archevêque.

Articles

La Littérature Jeanbaptistarde», Les Pamphlets de Valdombre, 6e cahier, 1re série, janv. 1935, p. 28-30.

«Nous sommes encore des coloniaux de l'esprit», Le Devoir, vol. 41, no 95, 30 avril 1960, p. 9.

«Opinion canadienne sur le roman», Liberté, vol. 6, no 6, nov. déc. 1964, p. 445-451.

«[Témoignages...]», Le Roman canadien-français, Montréal/Paris, Fides, 1964, p. 305-315. «Archives des lettres canadiennes» 4.

«2 langues, 2 armes», Le Petit Journal, vol. 39, no 20, 14 mars 1965, p. 10.

ÉTUDES

Camille Roy, «Marcel Faure, roman canadien», Le Canada français, vol. 10, no 2, mars 1923, p. 109-120.

Maurice Hébert, «Les Prix David 1923, L'homme qui va», Le Canada français, vol. 17, no 5, janv. 1930, p. 328-335.

Valdombre, «Jean-Charles Harvey sous son vrai «jour», Les Pamphlets de Valdombre, 2e année, no 8, juillet 1938, p. 331-358.

André Laurendeau, «A propos de «Ton histoire est une épopée», un historien selon le coeur de Jean-Charles Harvey», L'Action nationale, vol. 18, no 3, nov. 1941, p. 190-218.

Paul Chamberland, «M. Jean-Charles Harvey, une «mystique de la race», Parti pris, vol. 1, no 6, mars 1964, p. 55-58.

Luc Dufresne, «Québec chez Harvey et Lemelin», Parti pris, vol. 2, no 9, mai 1965, p. 31-36, surtout p. 32-34, 36.

Guildo Rousseau, Jean-Charles Harvey et son oeuvre romanesque, Montréal, Centre éducatif et culturel, 1968, 198 p.

Marcel-Aimé Gagnon, Jean-Charles Harvey précurseur de la révolution tranquille, Montréal, Beauchemin, 1970, 378 p.

Sylvianne Savard Boulanger, La Correspondance étrangère de Jean-Charles Harvey édition critique 1932-1966, Sherbrooke, Éditions Naaman, 1984, 165 p. Ill. Préface de Jean Houpert. Introduction de l'auteur. «Mémoires et Rapports».

Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Vous avez une question?

Demandez à un bibliothécaire ou à un archivisteNous joindre