BAnQ - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Collections

DOSTIE, GAÉTAN
(1946- ).

Critique littéraire et poète, né à Sherbrooke.

Il fait ses études classiques au Séminaire de Sherbrooke (B.A., 1969), puis il obtient une licence ès lettres à l'Université de Sherbrooke (1971), et il s'inscrit à la maîtrise àl'Université du Québec à Montréal.

Très tôt, il prend part à la vie culturelle de l'Estrie: il est rédacteur en chef du Journal des étudiants du Séminaire de Sherbrooke (1966), ensuite rédacteur des pages artistiques (1968-1969), et directeur du Campus estrien (1969). Il participe à la nuit de la poésie au Gesù, en mars 1970, et organise une «nuit» semblable à Sherbrooke, le 1er mai suivant. Il participe aux tournées des poètes, plus particulièrement au groupe «Poèmes et Chants de la Résistance». Il enseigne successivement à Magog, à Pierrefonds et au Cégep de Rosemont. Il collabore à La Tribune, à Perspectives, au Devoir et au Jour. En 1976, il quitte l'enseignement, travaille aux Éditions La Presse et, en 1977, succède à Gérald Godin comme directeur des Éditions Parti Pris. En 1976, il organise pour le Comité des jeux olympiques l'événement artistique «Solstice de la poésie québécoise». En 1980-1982, il est président du Groupe d'éditeurs littéraires francophones d'Amérique du Nord.

Sa poésie se veut rude, parfois violente. La première partie de son recueil, Poing commun, évoque, dans un discours revanchard, les contre-coups de la loi des mesures de guerre d'octobre 1970; la seconde partie, Courir la galipote, est un cri d'appel à la vie et à l'amour; la troisième partie, Le Froid de l'os, rappelle la mémoire fraternelle de Gaston Gouin et Claude Gauvreau.

OEUVRES

L'Affaire des manuscrits ou La Dilapidation du patrimoine national, Montréal, Éditions du Jour/L'Hexagone, 1973, 95 p. Préface de Jacques Hébert. Introduction de l'auteur.

Poing commun suivi de Courir la galipote. Poème, Montréal, L'Hexagone, 1974, 69 p.

Articles

«Hubert Aquin: bagnard révolutionnaire», Campus estrien, vol. 12, no 7, 19 oct. 1966, p. 9.

«Postface», Gaston Gouin,Temps obus, Sherbrooke, Librairie de la cité universitaire, 1969, p. 102.

«L'Amitié allouée», Campus estrien, vol. 17, no 3, 5 oct. 1970, p. 16. (Étude sur Gaston Gouin).

«Préface», Gaston Gouin,J'il de noir, Sherbrooke/Montréal/Cosmos, L'Hexagone/Parti Pris, 1971, 55 p.

«Les Rocs armés (poésie) Écrits du Canada français, no 33, 1971, p. 175-186.

«Hommage à Patrick Straram (poésie) Hobo-Québec, nos 9-11, oct.-nov. 1973, p. 15.

«Paul-Marie Lapointe: le sismographe du Québec», Présence francophone, no 7, automne 1973, p. 102-106.

«Le Combat des poètes québécois», Le Jour, vol. 1, no 55, 4 mai 1974, p. 12, 15.

«Lettres acadiennes. La nouvelle vigueur d'une poésie menacée», Le Jour, vol. 1, no 113, 13 juillet 1974, p. V-2.

«Rémi-Paul Forgues, poète automatiste», Le Jour, vol. 1, no 207, 2 nov. 1974, p. 14.

«Gaëtan Dostie»  (poésie),Ellipse, nos 25-26, 1980, p. 44-47.

ÉTUDES

[Anonyme], «Détenu en vertu de la loi des mesures de guerre, un étudiant sherbrookois raconte ses 11 jours passés derrière les barreaux», La Tribune, vol. 61, no 208, 31 oct. 1970, p. 2.

Michel Beaulieu, «Chronique littéraire», Point de Mire, vol. 3, no 10, 18 déc. 1971, p. 39.

Gilbert Langevin, «Les Rocs armés de Gaëtan Dostie», La Tribune, vol. 62, no 252, 26 févr. 1972, p. 6.

Jacques Lemieux, «Dostie-Forgues à l'Hexagone», Le Devoir, vol. 66, no 283, 7 déc. 1974, p. 14.

[Anonyme], «Dostie: poésie et liberté», Le Jour, vol. 1, no 237, 7 déc. 1974, p. 14.

[Anonyme], «La Poésie québécoise au Musée d'art contemporain», La Presse, 93e année, no 74, 31 mars 1977, p. A-16.

Conrad Bernier, «Parti Pris: un pari énorme et une étonnante réussite», La Presse, 94e année, no 12, 20 mai 1978, p. D-3.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Vous avez une question?

Demandez à un bibliothécaire ou à un archivisteNous joindre