BAnQ - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Collections

CIRCÉ-COTÉ, ÉVA
[Pseud.: Paul Bédard, Colombine, Musette, Jean Ney, Julien Saint-Michel]
(1871-1949).

Auteure de chroniques, conteuse, dramaturge, née à Montréal.

Elle fait ses études chez les soeurs de Sainte-Anne, au Pensionnat de Lachine. Elle se lance dans le journalisme en 1901, fonde un journal littéraire en 1902, L'Étincelle, avec Charles Gill et Arsène Bessette, publie ses chroniques dans Le Pionnier, L'Avenir du Nord, Le Nationaliste, Le Pays, Le Monde illustré, L'Avenir (de Jules Fournier), collabore pendant plus de vingt ans au journal Le Monde ouvrier/Labour World. Elle participe à la fondation de la Société des auteurs canadiens dont elle est la première vice-présidente (section française).

Avec Hector Garneau (petit-fils de l'historien), elle fonde, en 1903, la Bibliothèque municipale de la Ville de Montréal où elle sera bibliothécaire jusqu'en 1932. Elle s'intéresse aussi au théâtre, compose deux drames: «Hindelang et Delorimier» et «Maisonneuve», et deux comédies: «L'Anglomanie» et «Le Fumeur endiablé»; ces pièces restées inédites ont toutes été jouées, et trois d'entre elles primées. En 1903, elle publie Bleu, Blanc, Rouge, recueil d'une partie de ses chroniques auxquelles s'ajoutent des poèmes et des contes. C'est le fruit de ses enthousiasmes, de ses observations sur le «théâtre de la rue», et de ses remarques de moraliste. Il s'y manifeste un ardent patriotisme, une bonté profonde envers les petits, une forte prise de position en faveur du rôle de la femme dans la société et les lettres, tout cela, malgré une émotion trop facilement emportée, est exprimé avec une magnifique franchise, souvent avec finesse, dans une langue très pure.

OEUVRES

Bleu, Blanc, Rouge: poésies, paysages, causeries, Montréal, Déom Frères, 1903, 369 p. Sous le pseudonyme de Colombine.

Papineau, son influence sur la pensée canadienne. Essai de psychologie historique, Montréal, R.A. Regnault & Cie imprimeurs, 1924, vii, 252 p.

Articles

«L'Avenir des Canadiens français. Les femmes de lettres», Le Nationaliste, 2e année, no 38, 10 nov. 1905, p. 1.

ÉTUDES

J.-W. Poitras, «Éva Côté», Le Monde illustré, no 468, 1893, p. 601.

Georges Bellerive, «Éva Côté, Brèves Apologies de nos auteurs féminins, Québec, Garneau, 1920, p. 77-79. Raphaël Ouimet, «Éva Circé-Côté, Biographies canadiennes-françaises, Montréal, Garden City Press, 1925, p. 510. Madeleine, «Éva Circé-Côté, Portraits de femmes, Montréal, La Patrie, 1938, p. 103.

Raymonde Hébert, Notes biobibliographiques sur Éva Circé, bibliothécaire et chroniqueuse. Mémoire. École des bibliothécaires de l'Université de Montréal, 1952, 12 f.

Bernard Dufebvre, «Un chef-d'oeuvre inconnu: le «Papineau» de Mme Éva Circé-Côté», Revue de l'Université Laval, vol. 10, no 9, mai 1956, p. 790-799.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Vous avez une question?

Demandez à un bibliothécaire ou à un archivisteNous joindre