BAnQ - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Collections

BÉDARD, PIERRE-STANISLAS
(1762-1829).

Homme politique et journaliste, né à Charlesbourg.

Après des études classiques au Séminaire de Québec, il est reçu avocat en 1790. Député à l'Assemblée législative du Bas-Canada de 1792 à 1812, il devient le chef des nationalistes canadiens-français. En 1806, avec un groupe de sympathisants, il fonde Le Canadien , journal de combat qui défend les intérêts des Canadiens français contre les attaques des membres du parti ministériel, appelés à l'époque «anti-canadiens».

Exaspéré par le succès du journal et son influence auprès de la population, le gouverneur Craig fait arrêter, en 1810, une vingtaine de collaborateurs du Canadien , dont Pierre Bédard, sous prétexte d'une rébellion en fomentation. Bédard est le seul qui refuse d'implorer le pardon du gouverneur. Craig le relâche après plusieurs mois d'emprisonnement sans procès. Dans l'intervalle, le prisonnier est élu de nouveau député. Nommé juge à Trois-Rivières en 1812, il s'éloigne des turbulences de la vie politique.

Le Canadien (1806-1810), des mémoires adressés aux autorités gouvernementales dont l'un au Prince Régent (1814), et plusieurs centaines de lettres témoignent de ce que Bédard a accompli en faveur de ses compatriotes. Son effort marque une date importante dans l'histoire du journalisme québécois et dans celle du sentiment national du Canada français au premier quart du XIXe siècle.

OEUVRE

Articles

«Le Canadien, Prospectus, 13 nov. 1806 (feuillet) . Texte reproduit dans Le Canadien du 22 nov. 1806. (Bédard est le principal rédacteur de ce journal qui dure du 22 nov. 1806 au 14 mars 1810).

«Discours de P. S. Bédard, avocat, pour la défense d'un sauvage accusé de meurtre», Narcisse-Eutrope Dionne,Pierre Bédard et son temps, Mémoires de la Société royale du Canada, 1898, p. 115-117.

ÉTUDES

Narcisse-Eutrope Dionne, «Pierre Bédard et son temps», Mémoires de la Société royale du Canada, 1898, p. 73-117.

Narcisse-Eutrope Dionne, Pierre Bédard et ses fils, Québec, Laflamme et Proulx, 1909, xvi, 272 p.

Léon-Mercier Gouin, «Pierre Bédard et la responsabilité ministérielle», L'Amérique française, vol. 3, no 6, 1919, p. 241-249.

Arthur Maheux, «Pierre Stanislas Bédard, 1763-1829. Philosophe et savant», Mémoires de la Société royale du Canada, vol. 50, 1956, p. 85-93.

Lawrence Smith, «Le Canadien and the British Constitution», Canadian Historical Review, vol. 38, 1957, p. 93-108.

Jean-Pierre Wallot, «La Querelle des prisons (1805-1807)», Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 14, 1960-1961, p. 395-407, 559-582.

John Hare et Jean-Pierre Wallot, Les Imprimés dans le Bas-Canada, 1801-1810, Montréal, Presses de l'Université de Montréal, 1967, p. 315-327.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Vous avez une question?

Demandez à un bibliothécaire ou à un archivisteNous joindre