BAnQ - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Collections

VALLIERES, PIERRE
(1937-1998).

Journaliste et écrivain politique, né à Montréal.

Il fait son cours primaire à Longueuil et ses études classiques au Collège de Chambly qu'il quitte après la rhétorique. Il travaille dans une manufacture, à la Banque provinciale, puis passe deux ans dans une maison de courtage (1956-1958), fait une année de noviciat chez les Franciscains de Québec (1959), travaille chez un libraire (1960-1961). Entretemps il collabore au Devoir (1957-1962) et à Cité libre. En 1962, il est ouvrier agricole en France.

A son retour (1963), il entre au service des nouvelles internationales de La Presse. Directeur de Cité libre pendant quelques mois (1963-1964), il s'en sépare pour des raisons idéologiques, puis il fonde, avec Charles Gagnon, la revue mensuelle Révolution québécoise (1964-1965) qu'il dirige. Il collabore ensuite à Parti Pris (1965-1966).

Profondément engagé dans l'action politique, il adhère au Front de libération du Québec (1965). Il est arrêté à New York, le 26 septembre 1966, lors d'une manifestation devant l'édifice des Nations-Unies, déporté à Montréal et condamné à la prison perpétuelle pour homicide involontaire. C'est là qu'il écrit Nègres blancs d'Amérique (1968). Acquitté cependant, en 1970, il retourne au journalisme et à ses rêves de socialisme révolutionnaire et indépendantiste.

Les Nègres blancs ont provoqué une vive polémique, à leur parution, et ils demeurent un important document d'époque. Toute l'oeuvre subséquente de Vallières, assoiffé de justice et de liberté, passionné, proche du pamphlet, porte sur le thème de la révolution politico-économique du Québec. On lui reconnaît le mérite de s'être impliqué avec beaucoup de courage. Et l'écrivain? Pas très bon, pense Robert Major: «La profonde unité de l'oeuvre de Vallières, la permanence d'une passion, la liberté, et la récurrence d'un certain nombre de thèmes privilégiés, ne sont pas, en elles-mêmes, des indications de cette oeuvre sur le plan de l'écriture».

OEUVRES

Nègres blancs d'Amérique. Autobiographie précoce d'un «terroriste» québécois (essai), Montréal, Parti Pris, 1968, 450 p.; 1969, 402 p.; Paris, Maspéro, 1969, 296 p.; Parti Pris, 1974; 1983, 303 p. Avec préface de 1979. Traduction anglaise de J. Pirkham: White Niggers of America, Toronto, McClelland and Stewart, 1971, 278 p.

L'Urgence de choisir (essai), Montréal, Parti Pris, 1971, 159 p.; 1972. «Aspects». Traduction anglaise de P. Williams: Choose, Toronto, New Press, 1972, 132 p.

The Left and the P. Q., Montréal, Our Generation, 1972, [n.p.]. Collab. Charles Gagnon et Michel Chartrand.

L'Exécution de Pierre Laporte: les dessous de l'opération. Essai, Montréal, Québec/Amérique, 1977, 223 p. «Dossier Québec».

Un Québec impossible (essai), Montréal, Éditions Québec/Amérique, [1977], 171 p.

Les Scorpions associés (essai), Montréal, Québec/Amérique, 1978, 156 p. «Dossier Québec».

La Liberté en friche (recueil d'articles des années soixante), Montréal, Québec/Amérique, 1979, 228 p. «Dossier Québec».

La Démocratie ingouvernable (essai), Montréal, Québec/Amérique, 1979, 232 p. «Dossier Québec».

Articles

«Lettre de Vallières à Bourbeau», Le Carabin, vol. 29, no 19, 12 nov. 1968, p. 11.

«Pourquoi le FLQ n'a plus de raison d'être aujourd'hui», Le Devoir, vol. 62, nos 287-288, 13-14 déc. 1971, p. 5-6.

ÉTUDES

[Anonyme], «Pierre Vallières, prisonnier politique», Lettre ouvrière, vol. 4, no 2, mars-avril 1968, p. 1.

[Revue canadienne], «Parution d'un livre-choc écrit par un présumé terroriste québécois», La Tribune, 59e année, no 21, 19 mars 1968, p. 8.

Roch Poisson, «Nègres blancs d'Amérique», Photo-Journal, vol. 31, no 50, 27 mars-3 avril 1968, p. 59-61.

Hubert Aquin, «Nègres blancs d'Amérique», Liberté, vol. 10, no 56, mars-avril 1968, p. 71-72.

Pierre Renaud et Robert Tremblay, «Nègres blancs d'Amérique», Parti pris, vol. 5, no 7, avril 1968, p. 17-25.

Jacques Larue-Langlois, «Vallières, Debray, Riel», Voyage, vol. 1, no 1, mai 1968, p. 10-12.

Pierre Saucier, «Pierre Vallières: à la défense des «nègres blancs», Maintenant, 15 mai-15 juin 1968, p. 136-139.

E. Lavoie, «Nègres blancs d'Amérique de Pierre Vallières», Livres et auteurs canadiens, 1968, p. 187-188.

Pierre Richard, «Prônant la fin de l'agitation armée, Pierre Vallières rompt avec le FLQ», Le Devoir, vol. 62, no 287, 13 déc. 1971, p. 1, 9.

Claude Ryan, «Le Choix de Pierre Vallières», Le Devoir, vol. 62, no 288, 14 déc. 1971, p. 4.

Conrad Bernier, «Pierre Vallières: un roman et deux essais en chantier», La Presse, 93e année, no 52, 5 mars 1977, p. D-2.

Pierre O'Neill, «L'Exécution de Pierre Laporte dans un scénario de Vallières», Le Devoir, vol. 69, no 58, 12 mars 1977, p. 15, 28.

Jean Royer, «Le Nouveau Livre de Pierre Vallières: Un Québec impossible», Parti pris, vol. 19, no 45, 5 nov. 1977, p. 6, 8-9.

Robert Lévesque, «Le Drap de Vallières», Spirale, no 1, sept. 1979, p. 1, 6.

Robert Major, «Pierre Vallières, essayiste», L'Essai et la Prose d'idées au Québec, Montréal, Fides, 1985, p. 745-760. «Archives des lettres canadiennes» 6.
Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Vous avez une question?

Demandez à un bibliothécaire ou à un archivisteNous joindre