BAnQ - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Collections

VAILLANCOURT, JEAN
(1923-1961).

Romancier, né à Montréal.

Il quitte l'école très jeune pour exercer plusieurs métiers: mineur, bûcheron, etc. En 1942, il s'engage au régiment des Fusilliers Mont-Royal et prend part aux combats en Europe, notamment comme brancardier sur le front de Belgique. Il participe à la campagne de Normandie en 1945, expérience qui sert de toile de fond à son roman Les Canadiens errants (1954).

A la fin de la guerre, il suit les cours à l'École d'arts graphiques de Montréal. Par la suite, il se fixe à Sorel où il occupe la fonction de garde-chasse. C'est pendant ces années qu'il rédige son roman qui remporte le prix du Cercle du livre de France en 1954. Boursier du Conseil des Arts du Canada en 1960, il séjourne en Espagne et en France où il meurt subitement en juillet 1961.

Son unique roman demeure un des meilleurs récits dédiés à la problématique de la guerre. La langue de ses personnages soulève à l'époque l'indignation de certaines critiques. Pour sa part, Andrée Maillet n'hésite pas à qualifier de réussite l'utilisation de ce «langage d'une verdeur saine».

OEUVRE

Les Canadiens errants (roman), [Montréal], Cercle du livre de France, [1954], 250 p.; 1970, 217 p.

Articles

«(Esquisse de présentation)», Bulletin de la Société d'étude et de conférences, vol. 5, no 1, oct. 1954, p. 26-27.

ÉTUDES

R. Leclerc, «Les Canadiens errants», Lectures, vol. 1, no 5, 6 nov. 1954, p. 34.

Robert Lucette, «Les Canadiens errants», La Revue populaire, vol. 47, no 11, nov. 1954, p. 9.

Andrée Maillet, «Les Canadiens errants», Amérique française, vol. 12, no 5, nov.-déc. 1954, p. 353.

Guy Robert, «Les Canadiens errants», La Revue dominicaine, vol. 62, no 4, mai 1956, p. 207-217.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Vous avez une question?

Demandez à un bibliothécaire ou à un archivisteNous joindre