BAnQ - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Collections

PARENT, ÉTIENNE
(1802-1874).

Essayiste, journaliste et orateur, né à Beauport.

Il est le beau-père d'Antoine Gérin-Lajoie, de Benjamin Sulte et d'Évariste Gélinas. Il commence ses études classiques au Séminaire de Nicolet (1814-1819), en compagnie de Charles-François Baillargeon, futur évêque de Québec, et de Charles Mondelet, et il les continue au Séminaire de Québec (1819-1821). Encore étudiant, il collabore au Petit Canadien avec son confrère Angustin Norbert Morin. En 1821, à la veille des examens, il quitte le Séminaire et retourne dans sa famille. L'année suivante, il remplace Morin à la rédaction du Canadien (1822-1825), puis il entreprend des études de droit (1825-1829) pendant lesquelles il collabore à La Gazette de Québec (1825).

Reçu avocat, il devient traducteur français et conseiller juridique de l'Assemblée législative du Bas-Canada. En 1831, il prend la direction du Canadien renaissant. Il est nommé bibliothécaire de l'Assemblée (1833), puis greffier (1835). Bien qu'il se sépare des Patriotes, il est emprisonné comme suspect durant l'hiver 1838-1839. En 1840, avec Jean-Baptiste Fréchette, il publie la revue Le Coin du feu. Élu député du Saguenay en 1841, il abandonne son mandat et la direction du Canadien dès l'année suivante, à cause d'une grave surdité contractée en prison. Il est alors nommé greffier du Conseil exécutif.

En 1846, il commence une longue et fructueuse carrière de conférencier. Ses discours, prononcés surtout devant l'Institut canadien de Montréal et celui de Québec, appartiennent à l'anthologie de l'éloquence socio-politique canadienne-française. Nommé sous-secrétaire du Canada-Est (1847), puis sous-secrétaire d'État à Ottawa (1867), Étienne Parent se retire en 1872, et il meurt à Ottawa deux ans plus tard.

«Au nombre des écrivains qui ont marqué les débuts de notre littérature, écrit P.-E. Gosselin, il en est un qui s'impose à notre attention à la fois par la valeur de son oeuvre et par l'influence qu'il a exercée à son époque. [...] Étienne Parent a joué un rôle de premier plan dans la vie politique et littéraire de son époque. Chef intellectuel des Patriotes, il s'est révélé un très sage et très éclairé défenseur de la cause des Canadiens français à une des périodes les plus critiques et les plus troubles de leur histoire. Homme de lettres très cultivé, il s'est complu dans la discussion des idées philosophiques et sociales et a indiqué les moyens de mettre en valeur notre patrimoine humain et national». En préconisant de vastes et fertiles réformes, il s'est mis à l'avant-garde des idées propres au temps de Papineau.

OEUVRES

Lecture prononcée par M. É. Parent, écr., devant l'Institut canadien, jeudi 19 novembre 1846, Montréal, Impr. de la Revue canadienne, 1846, 34 p. (Comprend: Importance de l'étude de l'économie politique).

Discours prononcé par M. É. Parent devant l'Institut canadien de Montréal, Montréal, De l'imprimerie de Lovell et Gibson, 1850, 116 p. (Comprend: L'Industrie considérée comme moyen de conserver notre nationalité, 22 janv. 1846, Importance de l'étude de l'économie politique, 19 nov. 1846, Du travail chez l'homme, 23 sept. 1847, Considérations sur notre système d'éducation populaire, sur l'éducation en général et les moyens législatifs d'y pourvoir, 19 févr. 1948 et Du prêtre et du spiritualisme dans leurs rapports avec la société, 17 déc. 1848); dans Etienne Parent, 1802-1874. Biographie, textes et bibliographie, présentés par Jean-Charles Falardeau, Montréal, HMH, 1975, p. 35-326.

Discours prononcé par Ét. Parent, Écr., devant la Chambre de lecture de St. Roch, le 15 avril 1852, Québec, Imprimerie de E.R. Fréchette, 1852, 26 p. (Comprend: Quelques Considérations sur le sort des classes ouvrières); dans La Littérature canadienne de 1850 à 1860, Québec, Desbarats et Derbishire, 1863, t. 1, p. 37-75.

Discours prononcé par Étienne Parent, Écr., devant l'Institut canadien de Québec, le 22 janvier 1852, Québec, E. R. Fréchette, 1852, 67 p. (Comprend: De l'intelligence dans ses rapports avec la société); dans La Littérature canadienne de 1850 à 1860, Québec, Desbarats et Derbishire, 1863, t. 1, p. 77-178.

Discours prononcé par Ét. Parent, Écr., devant la Société pour la fermeture de bonne heure des magasins, Québec, Imprimerie de E.R. Fréchette, 1852, 22 p. (Comprend: De l'importance et des devoirs du commerce); dans La Littérature canadienne de 1850 à 1860, Québec, Desbarats et Derbishire, 1863, p. 7-35.

Discours, Québec, Imprimerie de Léger Brousseau, 1878, 213 p. (Comprend: De l'intelligence dans ses rapports avec la société, De l'importance et des devoirs du commerce et Considérations sur le sort des classes ouvrières).

Étienne Parent, Montréal, Fides, 1964, 95 p. Textes choisis et présentés par P.-E. Gosselin. «C».

Etienne Parent, 1802-1874, Montréal, La Presse, 1975, 344 p. Biographie, textes et bibliographie présentés par Jean-Charles Falardeau.

ÉTUDES

Marcel Cadieux et Paul Tremblay, «Étienne Parent, un théoricien de notre nationalisme», L'Action nationale, vol. 13, no 3, mars 1939, p. 203-219 ; no 4, avril 1939, p. 307-318.

Bernard Dufebvre, «Étienne Parent, le «renégat», Revue de l'Université Laval, vol. 7, no 5, janv. 1953, p. 405-412.

Léon Pouliot, «Une leçon d'histoire d'Étienne Parent», Bulletin des recherches historiques, vol. 60, no 1, juin 1954, p. 71-73.

Antoine Roy, «Les Patriotes de la région de Québec pendant la rébellion de 1837-1838», Cahiers des Dix, vol. 24, 1959, p. 251-254.

Gérard Parizeau, «Étienne Parent ou Le Sens des réalités», Assurances, vol. 39, no 3, 1971, p. 45-100.

Jean-Charles Falardeau, «Etienne Parent», Dictionnaire biographique du Canada, t. 10, 1972, p. 579-587.

Louis Nourry, «L'Idée de fédération chez Étienne Parent, 1831-1852», Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 26, no 4, mars 1973, p. 533-537.

Benoît Bernier, «A propos d'Étienne Parent», Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 27, no 1, juin 1973, p. 86-90

Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Vous avez une question?

Demandez à un bibliothécaire ou à un archivisteNous joindre