Collections - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
LE TÉMOIN

roman de Monique CORRIVEAU (née Chouinard)

Monique Chouinard naît à Québec le 7 septembre 1927, de François-Xavier Chouinard, avocat, et de Bernadette Rouillard. Elle fait ses études chez les ursulines, à Québec, au St. Joseph's Collège de Toronto et suit des cours à l'université Laval. Écrivaine pour la jeunesse, elle publie une œuvre importante et mérite notamment le prix de littérature-jeunesse de l'Association canadienne des éducateurs de langue française (1958, 1960), le prix de la province de Québec (1964, 1966), la médaille du Livre de l'année pour enfants de la Canadian Library Association (1966), le prix du Centenaire (1967), le prix Michelle-Le Normand (1971) et le prix Alvine-Bélisle (1976). Membre de la Société des écrivains canadiens et de Communication-Jeunesse, elle meurt à Québec le 29 juin 1976. Elle avait épousé Bernard Corriveau, notaire, à Québec, le 29 septembre 1951, et elle était la sœur de ïécrivaine Suzanne Chouinard (Martel)

Entre 1959 et 1968, Monique Corriveau publie huit romans pour la jeunesse dont plusieurs remportent des prix littéraires. Avec le Témoin (1969), elle fait son entrée dans le monde littéraire adulte

Un adolescent de quinze ans, en villégiature à Saint-Clin chez sa tante Emma, se lie d'amitié avec Beauchamp, un vieil homme fruste, marginal et créateur, qui vit en ermite aux abords du village. Emma se confie peu à peu à son neveu et lui révèle le culte fervent qu'elle voue toujours à un premier amoureux, jadis éconduit par sa famille, et qu'elle / n'a plus jamais revu. À travers les confidences de l'une et de l'autre, le jeune homme comprend, un jour, que le prétendant d'autrefois n'est nul autre que son nouvel ami Beauchamp

Profondément bouleversé, le héros-narrateur hésite longuement entre la révélation de sa découverte, — qui détruirait à jamais les rêveries de tante Emma, — et le silence, fruit d'une attitude adulte et responsable. En choisissant de se taire, ce qui était loin d'être la voie la plus facile, l'adolescent se grandit dans sa propre estime et conquiert l'autonomie et la force de caractère qu'il admirait tellement chez Beauchamp

Avec le Témoin, Monique Corriveau atteint à une certaine plénitude de son écriture. Elle s'offre enfin toute la subtilité et toute la poésie que les enfants n'auraient pu comprendre. Dans ce roman bien construit et d'une lecture agréable, l'intrigue cependant assez mince présente peu de rebondissements

Au moment de sa parution, en 1969, cette œuvre reçoit un accueil réservé. Les critiques, sensibles au talent de Monique Corriveau, à la qualité de son observation et à celle de son imagination, parlent d'un écrivain prometteur pour qui le Témoin serait une première et très bonne tentative

Liette ISSALYS

OEUVRES

LE TÉMOIN Roman

Montréal, le Cercle du livre de France liée, [1969], 148 p

ETUDES

[Anonyme] « Livres canadiens récents. Le Témoin » l'Église canadienne mai 1970, p. 165-166 [reproduit dans le Livre canadien, n° 59(1970)]

Alvine BÉLISLE « Monique Chouinard-Corriveau. Essai de biographie » Des livres et des jeunes juin 1980, p. 9-10

Aurélien BOIVIN « Hommage à Monique Corriveau (1925[sic]-1976)» Québec français décembre 1976, p. 36-37

Bernadette CORRIVEAU « Monique Corriveau, ma mère » Des livres et des jeunes juin 1980, p. 3-6

Madeleine Des Rivières « Monique Corriveau : écrivain authentique » Bulletin de la Société des écrivains canadiens octobre 1977, p. 4-5

Roger Duhamel « Romans d'aujourd'hui et de la veille » le Droit 21 mars 1970, p. 7

Jean Éthier-Blais « Domaine québécois / M. Corriveau, G. Lescarbeault, G. Maheux. Trois premiers romans : une sorte passive de désespoir » le Devoir 7 mars 1970, p. 13

Jean-Paul HUDON « le Témoin de Monique Corriveau » LAQ 1970, p. 75-76

Liette ISSALYS « la Représentation du héros dans les romans de Monique Corriveau » Thèse de maîtrise ès arts Québec, université Laval. 1982. XIX.134 f

Jean-Paul Labelle «les Livres, Littérature — Québec — I. Œuvres. Monique Corriveau : le Témoin » Relations juin 1970, p. 190-191

Sabine POULIN «le Témoin, de Monique Corriveau » l'Action 14 mars 1970, p. 18

Françoy ROBERGE « les Livres. Le Témoin, roman de Monique Corriveau »» Sept-Jours 7 mars 1976, p. 34

J[ean]-Y[ves] T[HÉBERGE] «Un adolescent comme témoin » le Canada français 26 août 1970, p. 18

Plan du site | Droits d'auteur | Confidentialité | Déclaration de services aux citoyens | Accès à l'information
© Bibliothèque et Archives nationales du Québec