Collections - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
L'AUBERGE DES MORTS SUBITES

comédie de Félix Leclerc

Quatrième production dramatique de Félix Leclerc, l'Auberge des morts subites s'avère la plus réussie des œuvres théâtrales du poète. On y retrouve la manière de Leclerc dans le traitement du sujet de la pièce, dans l'humour de chacun des personnages et dans l'emploi que fait l'auteur de mots québécois : l'œuvre en foisonne. L'intrigue, construite autour de huit personnages, se résume ainsi : quatre humains, morts subitement, arrivent à l'Auberge. Là, Célestin, le frère Amédée et Ange-Aimée veulent les « déshumaniser ». Mais la comédienne, l'habitant, l'intellectuel et l'Anglais sont coriaces et refusent leur mort. Complotant avec Satan, ils décident de corrompre ceux qui les ont reçus et de les amener sur terre. C'est la ténacité de Célestin, surtout, qui viendra à bout de leur opposition

De l'aveu même de l'auteur dans sa présentation, l'Auberge des morts subites est « une pièce d'homme bloqué, emprisonné par son complexe religieux, son enfance et ses rêves, qui s'en rend compte et essaie de s'en sortir». Le lieu où se déroule l'action, — une auberge entre ciel et terre, — par son côté irréel, rappelle le rêve et l'imagination enfantine. Le refus des personnages de se « spiritualiser » et, par là, de briser les liens qui les rattachent à la terre témoigne d'une tentative de faire échec à l'emprise de la religion. Cette dernière, comme un boulet aux pieds, représente, à leurs yeux, le grand empêchement. Leclerc montre bien qu'une médaille a deux côtés et qu'un choix implique à la fois une acceptation et un renoncement. Si l'on opte pour la religion, on laisse de côté les plaisirs matériels. C'est précisément à ces plaisirs que les personnages s'attachent. Ils s'y accrochent si bien qu'ils viennent à un cheveu près « d'humaniser » leurs hôtes célestes. La caricature est belle. Leclerc parvient à cerner les divers types qu'il met en scène. L'utilisation de niveaux de langue différents pour chacun des personnages contribue à leur donner, avec ironie, le réalisme nécessaire pour que l'effet comique soit réussi. Ainsi les répliques sonnent juste et confèrent à l'histoire toute sa portée. L'intrigue est habilement menée, bien que le dénouement soit prévisible et, en cela, peut-être décevant. La ruse déployée par les humains et Satan pour parvenir à leur fin ne nous tient pas moins en haleine tout au long de la pièce

La critique a bien accueilli les représentations de l'Auberge des morts subites, créée le 24 janvier 1963 au Gesù, dans une mise en scène d'Yves Massicotte, confirmant ainsi le succès que cette pièce a alors connu dans un Québec en mutation, au milieu des années soixante

Claude VIEL

OEUVRES

L'AUBERGE DES MORTS SUBITES Comédie en deux actes

Montréal, Éditions Beauchemin, 1964, 203 p. ; 1972. [Un extrait parut dans Jan Doat, Anthologie du théâtre québécois, 1606-1970, p. 418-420.]

ETUDES

[Anonyme] «Théâtre de Félix Leclerc» l'Action 26 juin 1964, p. 21

« l'Auberge des morts subites » Bulletin du Cercle juif juillet-août 1964, p. 4

« l'Auberge des morts subites. Reprise de la pièce de Félix Leclerc à Hull » le Droit 30 avril 1966, p. 10

« Au Festival de l'Est. Une pièce de Félix Leclerc » Progrès-Dimanche 12 février 1967, p. 14

« À Chicoutimi et Jonquière. La Marmite revient après un deuxième triomphe au Festival d'art dramatique » Progrès-Dimanche 16 avril 1967, p. 26

« Une pièce pour enfants et une œuvre de Félix Leclerc » l e Droit 31 octobre 1970, p. 15

«Théâtre à la Polyvalente de l'Île» le Droit 19 avril 1979, p. 28

Jean BÉRAUD [pseudonyme de Jacques LAROCHE] «Théâtre. L'Auberge des morts subites, au Gesù » la Presse 25 janvier 1963, p. 10

G Bergevin « Félix Leclerc et son auberge » Progrès-Dimanche 25 avril 1963, p. 9

Marcel Blouin «Félix Leclerc vous invite à l'Auberge des morts subites » la Patrie (du dimanche) 13 octobre 1957, p. 69

Monique Bosco «les Arts et les Autres. Un public de théâtre dont on se moque» le Magazine Maclean juillet 1966, p. 46-47

[Louise Bousquet] «Félix Leclerc au Séminaire » le Canada français 9 mars 1967, p. 60

"l'Auberge des morts subites » le Canada français 23 mars 1967, p. 42

« l'Auberge des morts subites » le Canada français 13 avril 1967, p. 38

Christiane Brunelle-Garon «Au Festival d'art dramatique : la Marmite : du travail d'ordre professionnel » l e Soleil 1er avril 1967, p. 22

Roland-M Charland et Jean-Noël Samson Félix Leclerc p. 52-54

Alain COUSINEAU «Un Leclerc égal à lui-même. L'Auberge des morts subites" le Quartier latin (supp.), 5 février 1963, p. 11

Pierre Dagenais « Théâtre canadien, public et publicité » le Journal des vedettes 6 février 1965, p. 6

Georges-Henri D'AUTEUIL « le Théâtre : Floraison de Carnaval [...} L'Auberge des morts subites» Relations mars 1963, p. 69 dans Pierre DE GRANDPRÉ [éditeur], Histoire de la littérature française du Québec t. IV, p. 227-228. –

Edgard Demers «la Dernière Fin de semaine et celle qui bat déjà son plein au point de vue artistique » le Droit 26 avril 1966, p. 10

« le Rideau se lève... » le Droit 30 avril 1966, p. 10

Jacques De Rome « le Théâtre-Québec présente l'Auberge des morts subites» l'Action 13 mai 1963, p. 20

Carmel-Rita Despins « les Thèmes de Félix Leclerc » Thèse de maîtrise ès arts Québec, université Laval, 1967, xm.101 f

Paule-France DUFAUX « Au Palais Montcalm. L'Auberge des morts subites de Leclerc. La pièce la plus drôle de toute la saison » le Soleil 15 mai 1963, p. 25

Jean Éthier-Blais « Livres en français [...] Romans et Théâtre » UTQ July 1965, p. 475-486 [v. p. 485]. –

Gérald GODIN « l'Auberge des morts subites. Du théâtre vrai, universel » le Nouvelliste 27 avril 1963, p. 8

J[ean] H[AMELIN] «Au Gesù. L'Auberge des morts subites» le Devoir 26 janvier 1963, p. 17

Philippe HOUYOUX Théâtre québécois. Bibliographie de travail p. 136-155

Georges-Marcel dit Yerri KEMPF « Chroniques du temps perdu. Une veillée poétique à la Boulangerie » Cité libre février 1964, p. 31-32 [reproduit sous le titre « les Gueux de chez nous et d'ailleurs ». les Trois coups à Montréal, p. 321-322]. –

Pierre Lavoie « Québec/Bilan tranquille d'une révolution théâtrale » Jeu n° 6 (4e trimestre 1977), p. 47-60

Michel Lemieux « l'Auberge des morts subites — Autant en apporte Leclerc... » le Canada français 6 avril 1967, p. 9

Manuel Maître « Sur le front du théâtre [...] L'Auberge des morts subites, gaie comédie de Félix Leclerc» la Patrie 31 janvier 1963, p. 28

M[urray] M[ALTAIS] « Outaouais théâtre '70. Un festival de théâtre gratuit à l'Escale » le Droit 23 octobre 1970, p. 28

Gilles NOBERT « Littérature [...] Leclerc, Félix, l'Auberge des morts subites — Le P'tit Bonheur — Sonnez les matines » Culture mars 1965, p. 106-107

L O « Félix Leclerc, Sonnez les matines, le P'tit Bonheur, l'Auberge des morts subites » RUL Janvier-mars 1966, p. 208

Jean O'Neil «Félix Leclerc. Le bonheur et le théâtre » la Presse (supp.), 19 janvier 1963, p. 2

« l'Auberge des morts subites refuse de mourir » l a Presse (supp.), 28 septembre 1963, p. 3

Alain PONTAUT Dictionnaire critique du théâtre québécois p. 104-105

Mark POULIN « Théâtre de T à E » le Quartier latin 29 octobre 1963, p. 10

Linda Randall « Félix Leclerc scores with New Play » The Gazette January 25, 1963, p. 11

Julia RICHER «Beaux-Arts » Lectures février 1963, p. 164

Olla Goewey RICKETT «The French-Speaking Théâtre of Montréal, 1937-1963» Ph. D. Thesis Ithaca (New York), Cornell University, 1964,147 f. [v. f. 53, 98]

Édouard-G RINFRET le Théâtre canadien d'expression française t. II, p. 332

Martine Rousseau « l'Auberge des morts subites : chacun se demande s'il n'aura pas à y séjourner» la Tribune 1er mai 1963, p. 18

Jean ROYER «la Troupe de Jonquière remporte les honneurs » l'Action 3 avril 1967, p. 3

Rudel-Tessier « En faisant jouer l'Auberge... Leclerc rend le National au théâtre» Photo-Journal 9-16 novembre 1963, p. 26

Lawrence Sabbath « On the French Stage. Félix Leclerc Comedy at Théâtre du Gesù » The Montréal Star January 25, 1963, p. 11

Jean-Yves Théberge «Félix Leclerc et l'Auberge des morts subites» le Canada français 9 juillet 1964, p. 23

Paule TURGEON « Félix Leclerc sera joué en Suède par le Théâtre de Bergman » le Soleil 8 mai 1963, p. 46

« Une expérience formidable : la tournée du Théâtre-Québec » le Soleil 11 mai 1963, p. 10

Marcel Valois [pseudonyme de Jean Dufresne] « le Théâtre en 1964» LAC 1964, p. 40-43

Plan du site | Droits d'auteur | Confidentialité | Déclaration de services aux citoyens | Accès à l'information
© Bibliothèque et Archives nationales du Québec