Collections - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
L'ARBRE ET L'HOMME et L'IL D'ELLE

recueils de poésies de Lorenzo MORIN

Lorenzo Morin naît à Courcelles (comté de Frontenac) le 14 novembre 1918, d'Aimé Morin, cultivateur, et de Frédéline Morin. Il fréquente le collège Saint- Victor de Beaucepuis le collège de Saint-Hyacinthe, où il obtient son baccalauréat (1943). Inscrit à la Faculté de médecine à l'Université de Montréal (1945-1950), il se spécialise en psychiatrie à l'université Taft de Boston (1955-1958) et à l'Université de Paris (1958-1960), qui lui décerne un certificat de psychiatrie (1961). Psychiatre à l'hôpital Louis-Hippolyte Lafontaine depuis 1960, il est professeur adjoint de psychiatrie à l'Université de Montréal (1966-1972) où il est agrégé en 1972. Membre de la Corporation professionnelle des médecins du Québec, de l'Association des médecins de langue française du Canada, de la Fédération des médecins spécialistes du Québec et de l'Association des psychiatres du Québec, il collabore aux revues les Herbes rouges (1968), Liberté (1978), Erasmus (1966), Union médicale du Canada (1962), l'lnformation psychiatrique (1975) et Actualité, périodique d'information de l'hôpital Louis-Hippolyte Lafontaine. Il a épousé Jeannine Girard, bibliothécaire

Dans l'Arbre et l'Homme (1962) comme dans l'Il d'elle (1968), deux mots et leurs homonymes offrent la clef de l'œuvre. En effet, la relation entre l'homme et la femme ne peut être que la célébration d'un mystère. Ainsi la dédicace « L'Elle dont je suis l'Il » oppose les deux éléments liberté (aile) et emprisonnement (l'île). Il faut alors se demander que cache «le travail des fumantes métamorphoses » (« Suaire d'argile »), comme l'exprime le poète dans /'// d'elle. Sans doute « le Son des sèves », qui renvoie à l'image du père tant dissimulée. C'est cette image qui vient troubler l'amour de « l'il » pour « Telle » car il est clair que l'enfant qui a cherché le plaisir a été « tant battu » par le père. Nulle surprise alors que le poète soit en « Mal d'impuissance » et que son écriture s'affirme comme l'apaisement d'un désir, l'illusion artistique qui n'a que le visage de la satisfaction. Mais la douloureuse réalité est toujours présente : c'est le « Fer » paternel « croisant la chair contre le désir » (« Nous ») du recueil l'Il d'elle

La poésie de Lorenzo Morin peut parfois paraître hermétique. Mais il faut surtout y voir une beauté angoissée où la dispersion de la phrase n'est pas une technique mystifiante; elle est, au contraire, le signe du démembrement du corps symbolique de l'être qui a été anéanti par la violence d'un surmoi des plus tyranniques. Sur les joies de l'amour plane toujours ainsi l'ombre de la faute première. Il semble que les rares critiques de ce poète-psychiatre n'aient guère saisi la profondeur de son art ou peut-être ont-ils autocensure la pénétration de cette œuvre. Morin est un poète négligé qui mérite plus d'attention. Un poème comme « le Battoir des aînés » (l'Arbre et l'Homme) devrait, par exemple, figurer dans les anthologies

Alexandre L Amprimoz

OEUVRES

L'ARBRE ET L'HOMME

Montréal, Éditions Beauchemin, [1962], 109 p. L'IL D'ELLE, [Montréal], Éditions de l'Hexagone, [1968], 89 p

ETUDES

[Anonyme] « l'Arbre et l'Homme de Lorenzo Morin » LAC 1962, p. 43

Michel Champagne «la Vie des livres. Trois poètes » l'Action 13 juillet 1963, p. 4 [l'Arbre et l'Homme]. –

Gatien Lapointe «l'il d'elle de Lorenzo Morin. Visage disparu toujours revu» le Soleil 27 avril 1968, p. 38

Bertrand Lombard [pseudonyme d'Émile Bègin] « Notes bibliographiques. L'Arbre et l'Homme, Lorenzo Morin » RUL mars 1964, p. 686-687

André Major «Lorenzo Morin : la recherche d'une poésie musicale » le Devoir 30 mars 1968, p. 16 [M d'elle]

Jean-Louis Major « Livres en français. Poésie » University of Toronto Quarterly July 1969, p. 478-486 [v. p. 484]

Gilles Marcotte « Littérature. Jeune poésie canadienne-française » la Presse (supp.), 27 avril 1963, p. 8

Jean-Guy Pilon «l,Il d'elle de Lorenzo Morin » le Devoir 13 avril 1968, p. 16 [reproduit dans LAC, 1968, p. 92-93]

Gabrielle POULIN «les Livres. Littérature — Ouébec — I. Œuvres. Lorenzo Morin : l'Il d'elle [...]» Relations juin 1970, p. 190

André Renaud « l'Arbre et l'Homme » le Droit 9 février 1963, p. 21

G[uy] R[OBERT] «De quelques poèmes » LAC 1963, p. 63-64

« Fonction du poète : vivre et dire » Maintenant juin 1963, p. 212

Plan du site | Droits d'auteur | Confidentialité | Déclaration de services aux citoyens | Accès à l'information
© Bibliothèque et Archives nationales du Québec