Collections - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
INTERVIEWS CANADIENNES

de Geneviève De La Tour Fondue

Recueil de quatorze entretiens avec des personnalités bien connues, Interviews canadiennes est l'œuvre d'une journaliste de métier et de talent. Dans cet essai de psychologie et d'histoire, Geneviève De La Tour Fondue est passée maître dans l'art non seulement de poser des questions à ses interlocuteurs et de les faire parler à tour de rôle, chacun à sa manière, sur un problème de l'heure qu'ils connaissent bien, mais aussi de dégager et de résumer les points essentiels de leurs déclarations en un style alerte et limpide. Aussi ce livre est-il encore fort lisible : il ne manque certes ni d'intérêt ni de vie autant pour le lecteur profane que pour l'historien des mentalités, des courants d'idées et d'opinions au début des années 1950. Sans doute un autre journaliste aurait-il pu pratiquer un choix différent, tout aussi valable, de personnalités dissemblables à interviewer. Mais le résultat eût été aussi différent. Il s'agit en l'occurrence d'un livre presque exclusivement « montréalais », comme le révèlent les noms des quatorze personnes retenues pour l'entretien : Edouard Montpetit, Jean-Marie Gauvreau, Léon Lortie, Françoise Gaudet-Smet, Claude Champagne, « Ringuet » (pseudonyme de Philippe Panneton), Jean Bruchési, Alfred Pellan, « H-2 », Horace Boivin, Léon Mercier-Gouin, Wilfrid Bovey, Jean Désy, monseigneur Paul-Émile Léger, Gérard Pelletier. Les gens du commerce, de la finance et de l'industrie brillent par leur absence dans cette galerie de portraits, qui se garde bien de ressembler à un palmarès. «H-2» n'est pas une formule de chimie, mais un fauteuil privilégié de théâtre, occupé ce soir-là par l'auteur, qui fait parler Gratien Gélinas, Jean Gascon, Emile Legault, Huguette Oligny, Jacques Pelletier, « Jean Béraud » (pseudonyme de Jacques Laroche). Il est à la fois le plus étoffé, le plus instructif et le plus vivant de l'ensemble du recueil. Qu'y a-t-il de plus éphémère que l'interview? Mais, comme ce livre d'interviews possède des lignes de force et des idées directrices sur notre milieu et sur notre civilisation, il n'a pas beaucoup vieilli; il s'en dégage plus d'une leçon pratique et toujours d'actualité

Maurice Lebel

OEUVRES

INTERVIEWS CANADIENNES

Montréal, les Éditions Chantecler, 1952. 261 p

ETUDES

Jean Béraud [pseudonyme de Jacques Laroche] «Chronique du samedi. Interviews canadiennes » la Presse 4 octobre 1952, p. 61

Jean-Charles BONENFANT « les Livres canadiens. Sociologie, La Tour Fondue, Geneviève de, Interviews canadiennes » Culture 1952, p. 432-433

Roger Duhamel « Livres de notre temps. Pour mieux connaître nos bâtisseurs intellectuels» la Patrie (du dimanche) 5 octobre 1952, p. 68 [reproduit dans l'Action universitaire, juillet 1953, p. 98-101]

Gilles Marcotte « Interviews canadiennes de G. de La Tour Fondue » le Devoir 27 septembre 1952, p. 7

Louis MORIN « Littérature. La Tour Fondue (Geneviève de). Interviews canadiennes » Lectures novembre 1952, p. 130-131

Jean-Marc POLIQUIN «Visage du Canada français» le Droit 31 janvier 1953, p. 2

J P « Librairie canadienne. Geneviève de La Tour Fondue, Interviews canadiennes » les Carnets viatoriens avril 1953, p. 153

Paul-Émile Racicot «les Livres. Canadiana. Geneviève de La Tour Fondue : Interviews canadiennes » Relations mai 1953, p. 143

Julia Richer «Quelques récentes publications. Interviews canadiennes » Notre Temps 11 octobre 1952, p. 3

Plan du site | Droits d'auteur | Confidentialité | Déclaration de services aux citoyens | Accès à l'information
© Bibliothèque et Archives nationales du Québec