Collections - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
ESSAIS CRITIQUES

de Harry BERNARD.

Publiés en 1929, les Essais critiques de Harry Bernard expriment une préoccupation alors commune aux hommes de lettres du Québec : quelles sont les conditions d'épanouissement d'une littérature vraiment nationale ? Des douze essais de ce volume, les cinq premiers sont consacrés à des problèmes d'ordre général : l'influence de « l'Idée baudelairienne au Canada », le besoin du travail et d'une culture générale chez les écrivains, la portée « Du régionalisme littéraire », les efforts les plus remarquables des jeunes poètes canadiens-français de l'époque et, enfin, le problème de la langue que les romanciers de la province de Québec doivent utiliser pour écrire des œuvres originales. Les sept essais qui suivent traitent des œuvres de quelques écrivains québécois et de deux romanciers catholiques de France, Émile Baumann et Charles Silvestre.

Harry Bernard s'élève contre ce qu'on pourrait appeler la postérité névrotique de Baudelaire au Canada, voyant chez Nelligan un cas qui relève de la pathologie autant que de la littérature. Souhaitant une littérature neuve, virile et vraie, il déplore le manque de formation et de culture des écrivains canadiens-français, manque provenant, selon lui, de leur insuffisante application au travail. Prenant position dans la querelle du régionalisme littéraire, le critique rappelle la doctrine de Maurice Barrés et de nombreux exemples européens où des œuvres « régionalistes » contribuèrent à enrichir le patrimoine littéraire de l'humanité.

Pour mettre fin à la longue tradition de dépendance des poètes canadiens-français à l'égard des poètes français et pour exprimer leur propre identité, ceux-là doivent observer et décrire les choses de leur pays, dans des œuvres à la fois canadiennes et catholiques. De même, les romanciers doivent utiliser une langue appropriée aux réalités de ce pays, c'est-à-dire qui ne soit pas totalement différente de la langue parlée par les habitants du pays. À ce sujet, Harry Bernard propose une formule qui ne manque pas d'élégance : « Il suffirait d'écrire comme on parle, à la condition de bien parler. »

Les commentaires de Bernard sur des œuvres de Blanche Lamontagne, de Louis Dantin, de Jules Fournier, de Robert de Roquebrune, de Jean Chauvin et d'Émile Coderre sont marqués de franchise. Blanche Lamontagne, par exemple, manque de sens critique, elle n'a pas su se renouveler et son dernier recueil, Ma Gaspésie*, est le plus faible de tous, tant par la pauvreté des vers que par sa piètre connaissance de la faune et de la flore gaspésiennes. En revanche, Fournier et Dantin, par leur perspicacité et leur lucidité, ont contribué à renouveler la critique au Canada français.

L'approche de Bernard lui-même ne dépasse pas le niveau des lieux communs. Ses critères sont peu élaborés à côté, précisément, des appréciations d'un Jules Fournier, d'un Louis Dantin ou d'un Jean-Charles Harvey. Son jugement reste fondé sur la contribution importante ou médiocre des écrivains à la création d'une littérature vraiment nationale. Le livre de Chauvin, Ateliers*, illustre à ses yeux la supériorité des peintres canadiens sur leurs compatriotes écrivains, supériorité qu'ils doivent à leur formation, à leur travail et à l'observation patiente des réalités de ce pays.

La préoccupation centrale des Essais critiques reste donc le régionalisme, respectueux de la France, mais s'abreuvant aux sources du terroir et du catholicisme qui demeurent explicitement la patrie spirituelle de Harry Bernard. S'ils n'ajoutent aucun fleuron à la couronne du romancier, ces essais traduisent une honnête connaissance des principaux courants littéraires de l'époque.

Le recueil fut accueilli avec satisfaction par la critique, qui loua la franchise de l'auteur, l'étendue de sa culture et la sûreté de son jugement.

Alonzo Le Blanc.

OEUVRES

ESSAIS CRITIQUES,

Montréal, Librairie d'Action canadienne-française, 1929, 196 p. [La plupart des essais parurent d'abord dans l'Action française :] « En marge de Jules Fournier » [«Jules Fournier»], avril 1923, p. 239-244. « Les Signes sur le sable (par Émile Coderre) » [« Émile Coderre »], juillet 1923, p. 47-52. [Dans l'Action canadienne-française :] « la Jeune Poésie », décembre 1928, p. 347-360 [reproduit dans le Courrier de St-Hyacinthe, 1er, 8 et 15 février 1929]. [Dans le Courrier de St-Hyacinthe :] « le Courrier littéraire. Poètes de l'Amérique française » [«Louis Dantin »], 28 septembre 1928, p. 1, 10. « Le Courrier littéraire. Ateliers » [«Jean Chauvin »], 18 janvier 1929, p. 1, 8. « Du régionalisme littéraire », 22 février, 1er et 8 mars 1929 [reproduit dans le Droit, 3 juin 1933, p. 12]. [Dans le Canada français :] « Ma Gaspésie » [« Blanche Lamontagne »], mars 1929, p. 454-564. « L'Idée baudelairienne au Canada », mai 1929, p. 633-643 [reproduit dans le Courrier de St-Hyacinthe, 29 juin et 5 juillet 1929].

ETUDES

[Anonyme], « Un nouveau livre. Essais critiques », le Courrier de St-Hyacinthe, 4 octobre 1929, p. 1 [reproduit, p. 5] ;

« Essais critiques », le Courrier de St-Hyacinthe, 11 octobre 1929, p. 7 ;

« Essais critiques », le Courrier de St-Hyacinthe, 31 janvier 1930, p. 6.

C[harles]-P[hilippe] Choquette, « Harry Bernard de nouveau lauréat », le Courrier de St-Hyacinthe, 14 février 1930, p. 1.

Marie-Claire Daveluy, « Revue des livres », la Bonne Parole, octobre 1929, p. 12.

Jules Dorion, « les Livres. Essais critiques », l'Action catholique, 14 décembre 1929, p. 3.

Jean-Charles Harvey, « le Mois artistique et littéraire. M. Harry Bernard », la Revue moderne, décembre 1929, p. 78.

Lecteur [pseudonyme], « les Essais critiques, par Harry Bernard », le Canada, 2 novembre 1929, p. 4.

Le Liseur [pseudonyme de Donatien Frémont], « Livres à lire. Essais critiques, par Harry Bernard », la Liberté (Winnipeg), 9 octobre 1929, p. 3.

Camille Roy, « Essais critiques », l'Enseignement secondaire au Canada, décembre 1929, p. 172-174.

Plan du site | Droits d'auteur | Confidentialité | Déclaration de services aux citoyens | Accès à l'information
© Bibliothèque et Archives nationales du Québec