Collections - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
AUTOUR DU FOYER CANADIEN

chroniques du père Louis BONCOMPAIN.

Né à Bessamoral (Haute-Loire) le 1er décembre 1872, Louis Boncompain vient au Canada en 1891, après avoir fait ses études classiques à l'école apostolique Avignon. Il entre au noviciat des jésuites, à Sault-au-Récollet, le 27 septembre 1891. Ses études de lettres et de philosophie terminées (1893-1898), il fait sa régence au collège Sainte-Marie, de 1898 à 1903, y prend part à la fondation de I'A.C.J.C. et enseigne la littérature. Ordonné prêtre le 17 avril 1906, il prêche d'abord des retraites avant d'être nommé recteur du scolasticat de l'Immaculée Conception en 1911. Il fonde en 1910 le Bulletin paroissial de l'Immaculée Conception, devenu le Messager canadien du Sacré-Cœur, dont il fut le directeur de 1917 à 1924. Délégué à la Congrégation générale sur le droit canon en 1923, il est nommé en 1924 provincial des jésuites de langue française au Canada. Il meurt le 8 novembre 1928 au scolaslicat de l'Immaculée Conception.

Les soixante-quatre textes dialogues réunis dans Autour du foyer canadien, ont paru dans le Bulletin paroissial de l'Immaculée Conception de Montréal de 1910 à 1914. Comme l'affirme l'auteur, dans un avis au lecteur, « les uns sont des réponses d'actualité à des objections vieilles ou rajeunies, d'autres [, ] la mise au point d'enseignements oubliés, le redressement de quelques travers, la peinture des extravagances folles de la mondanité ; parfois, une simple anecdote fixant l'argument dans la mémoire ». Ils composent, selon lui, « un de ces livres rares où le peuple s'amuse en s'instruisant » car la bonne lecture est une saine distraction qui nourrit l'esprit et élève l'âme, « un livre utile » destiné aux « honnêtes gens », aux « ouvriers catholiques des faubourgs » et aux « bonnes familles de cultivateurs de la campagne [qui] y trouvent des leçons et des encouragements », mais aussi « des coups de butoir et des soufflets bien appliqués à leurs pires ennemis : les ennemis de l'école catholique, de la tempérance, des pratiques religieuses, de leurs prêtres et de leur foi ».

Les sujets traités par le père Boncompain sont, de fait, très variés et touchent des problèmes d'ordre matériel aussi bien que spirituel. Le prédicateur condamne la mode et les mondanités, les mauvais livres, en particulier « le roman ordurier, équivoque, polisson, croustillant [...] et même le roman qui raconte trop complaisamment toutes les situations de la vie [et] qui, sans étaler le mal au grand jour, le laisse suinter de partout ». Il condamne encore les jurons, l'ivrognerie, les mauvaises fréquentations, et les « mangeurs de curés » qui dénigrent le rôle du clergé. Il signale l'importance de la prière du matin et du soir, de la messe dominicale, de l'école catholique, encourage l'enseignement ménager dans les institutions féminines, rappelle aux parents leurs droits et leurs devoirs et à l'État son rôle de « protecteur des droits et de gardien de l'ordre public ». Autant de sujets propres à combattre les détracteurs de la religion et les libres penseurs.

Un recueil aussi rassurant connut beaucoup de succès.

Aurélien Boivin.

OEUVRES

AUTOUR DU FOYER CANADIEN,

Montréal, Imprimerie du Messager, 1914, 271 p. ; 1918. [Toutes les chroniques parurent d'abord dans le Bulletin paroissial de l'Immaculée Conception entre 1910 et 1914],

ETUDES

[Anonyme], « Autour du foyer canadien », la Presse, 28 novembre 1914, p. 4 ;

« le R. P. Boncompain », le Devoir, 9 novembre 1928, p. 2.

Plan du site | Droits d'auteur | Confidentialité | Déclaration de services aux citoyens | Accès à l'information
© Bibliothèque et Archives nationales du Québec