Collections - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
JOURNAL DES JÉSUITES

EN DÉPIT de l'intérêt et de l'importance incontestables que présente le Journal des jésuites, nous ne devons pas oublier qu'il s'agit là d'un cahier, oeuvrant les années 1645 à 1668, le seul qui reste d'une série de quatre ou cinq fascicules qui se sont échelonnés sur plus de cent cinquante ans. Des cinq cahiers, tous plus considérables que celui-ci, sauf le premier, deux autres ont indubitablement existé et deux jouissent tout au moins d'une très forte probabilité. Dans la préface de son Cours d'histoire du Canada*, l'abbé Ferland partageait en 1861 cette opinion avec son confrère Laverdière : « Il est certain, dit ce dernier, que le Journal des jésuites embrassait plus d'un siècle de notre histoire, de 1645 à 1755, sans presque aucune interruption. »

Ferland et Laverdière parlaient assurément des trois cahiers qui ont existé de façon certaine. Bien plus, nous connaissons la durée respective de chacun d'eux, leurs auteurs et leurs principales lacunes. Le cahier qui nous est parvenu (1645 à 1668) aurait été le deuxième de cette collection de manuscrits, tandis que le quatrième (1710 à 1759) a été perdu vers 1815. Le titre complet de ce dernier, qui nous est connu de diverses sources manuscrites, indique et décrit l'apparence extérieure du troisième cahier qui aurait occupé la période intermédiaire (1670 à 1706). L'auteur qui inaugurait en 1710 le quatrième cahier aurait donc eu sous les yeux les deuxième et troisième, et peut-être le premier. Mais, dans l'inventaire de 1800, le shérif n'a mentionné que les deuxième et quatrième cahiers. Faut-il conclure que déjà trois d'entre eux étaient perdus — ou un seul, puisque nous n'avons aucune preuve directe du premier et du cinquième ?

On trouve dans Ferland une description de la nature de ce document qu'il semble avoir examiné soigneusement. « Dans le Journal du supérieur des jésuites étaient consignés, jour par jour, les faits les plus remarquables, des réflexions sur les affaires de la colonie, des appréciations de la conduite de ses hommes publics. » Tout en observant que le titre donné par Ferland est beaucoup plus exact que celui de Journal des jésuites, il faudrait ajouter que ce manuscrit était une « mémoire de papier » que le supérieur des jésuites rédigeait pour son usage personnel et celui de ses successeurs. Il y notait les usages de la compagnie de Jésus, tant pour sa régie interne que pour ses rapports avec l'extérieur, et aussi d'autres données qui seraient utilisées dans la Relation annuelle. Ce qui explique les liens de parenté entre ces deux documents. De toute façon, le Journal était prévu uniquement pour un usage privé. Pour cette raison, il n'a jamais été cité avant le début du XIXe siècle.

L'histoire de la découverte et de l'édition du Journal des jésuites est un véritable roman policier dont tous les éléments n'ont pas été élucidés. Pour abréger, disons que le cahier édité a été trouvé en 1815 par A. W. Cochran et que Jacques Viger en assura une copie intégrale en 1843. L'abbé Laverdière en prépara une édition qui fut incendiée en 1871 et qui ne parut finalement que vingt ans après. L'éditeur Reuben Gold Thwaites en publia également une, en 1896. dans The Jesuit Relations and Allied Documents.

Georges-Émile GIGUÈRE.

OEUVRES

JOURNAL DES JÉSUITES, publié d'après le manuscrit original conservé aux archives du Séminaire de Québec, par MM. les abbés Laverdière et Casgrain,

Québec, chez Léger Brousseau, 1871, X, [25], 403 p. ; Montréal, chez J. M. Valois, 1892; dans Ruben Gold THWAITES [editor]. The Jesuit Relations and Allied Documents. Travels and Explorations of the Jesuit Missionaries in New France 1610-1791, Cleveland, Burrows Brothers, 1896-1901, XXVII, p. 75-120 ; XXVIII, 142-250 ; XXX, p. 152-202 ; XXXII, p. 66-108 ; XXXIV, p. 38-64 ; XXXV, p. 30-62; XXXVI, p. 112-148; XXXVII, p. 92-118; XXXVIII, p. 168-200 ; XLI, p. 16-22 ; XLII, p. 250-260 ; XLIII, p. 26-76; XLIV, p. 82-130; XLV, p. 78-166; XLVI, p. 158-188; XLVII, p. 270-310; XLVIII, p. 224-240 ; XLIX, p. 154-180 ; L, p. 180-218 ; LI, p. 144-150 ; Montréal, Éditions François-Xavier, 1973, X, [25], 403 p.

ETUDES

[ANONYME], « Bibliographie. Le Journal des jésuites [...], le Journal de Québec, 13 décembre 1871, p. 1 ; le Courrier du Canada, 15 décembre 1871, p. 2 ;

« le Journal des jésuites », la Minerve, 20 avril 1893, p. 2.

Georges-Émile GIGUÈRE, « le Complément indispensable des Relations réédité », le Devoir, 28 avril 1973, p. 15, 20.

Léon POULIOT, « Premières Pages du journal des jésuites de Québec, 1632-1645 », RAPQ, 1963, p. 3-119 ;

« le Journal des jésuites », le Canada français, novembre 1927, p. 173-191.

Benjamin SULTE, « le Journal des jésuites », la Revue canadienne, 1872, p. 108-120.

Plan du site | Droits d'auteur | Confidentialité | Déclaration de services aux citoyens | Accès à l'information
© Bibliothèque et Archives nationales du Québec