Collections - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
LA HURONNE DE LORETTE

roman d' Henri-Émile CHEVALIER.

DEUXIÈME roman de la série « les Drames de l'Amérique du Nord », la Huronne. Scènes de la vie canadienne, éditée à Paris en 1861, avait déjà paru en partie dans la Ruche littéraire en 1854-1855 sous le titre « la Huronne de Lorette ».

Dans ce roman, Henri-Émile Chevalier s'inspire des Wanderings of an Artist among the Indians of North America, de Paul Kane. L'intrigue touffue pourrait se résumer ainsi. Deux amis, le romancier Alphonse Mougenot et l'artiste Alfred Robin, quittent Québec en 1841 pour la côte du Pacifique afin de délivrer la fiancée d'Alfred. Accompagnés de Yureska, jeune Huronne, fiancée d'Alphonse, ils entreprennent leur expédition avec un groupe de voyageurs des pays d'en haut. Dans l'Ouest, ils rencontrent le capitaine Mathieu, dit Poignet-d'acier, personnage central de la Tête plate, les Nez-Percés, les Derniers Iroquois et Poignet-d'acier, qui a quitté depuis longtemps la civilisation pour combattre les Anglais dans le désert américain, c'est-à-dire le territoire qui s'étend de la baie d'Hudson à Vancouver. Grâce à lui et à Yureska, les deux jeunes gens parviennent à délivrer Victorine de Nelsac et à la ramener à Montréal. Mais la Huronne meurt au terme du voyage et Alphonse, son fiancé, sombre dans la folie.

Cette traversée du pays n'est qu'un prétexte pour décrire aux lecteurs français les régions de l'Ouest et leurs habitants. Toutefois, l'absence d'unité dans les différentes parties de l'intrigue et les nombreuses invraisemblances diluent l'intérêt. Pour relancer une intrigue qui manque visiblement de souffle, Chevalier ne trouve pas d'autre moyen que de multiplier les péripéties, au péril de la vraisemblance. On conçoit mal que le hasard seul permette aux mêmes héros d'échapper à tant de dangers et de machinations.

Aurélien BOIVIN.

OEUVRES

LA HURONNE DE LORETTE,

la Ruche littéraire, 1854-1855 ; la Huronne. Scènes de la vie canadienne, Paris, Calmann-Lévy, 1861, VIII, 357 p. ; Paris, Poulet-Malassis, 1862, VIII, 357 p. ; Michel Lévy frères, 1867, 350 p. ; 1875 ; Calmann-Lévy, 1889, 356 p.

ETUDES

Beatrice CORRIGAN, « Henri-Émile Chevalier and his Novels of North America », The Romanic Review, 1944, p. 220-231.

Édouard FABRE-SURVEYER, « À propos d'un livre oublié », la Revue moderne, février 1926, p. 7;

« Émile Chevalier et « la Huronne », la Revue moderne, mars 1926, p. 14.

Plan du site | Droits d'auteur | Confidentialité | Déclaration de services aux citoyens | Accès à l'information
© Bibliothèque et Archives nationales du Québec