Collections - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
DE MONTCALM EN CANADA

ou les Dernières Années de la colonie française, essai par UN ANCIEN MISSIONNAIRE (pseudonyme du père Félix MARTIN).

Né à Sainte-Anne d'Auray (France) le 4 octobre 1804, le jésuite Félix Martin arrive au Canada en 1842. Il y est supérieur de sa communauté de 1845 à 1847, fondateur et architecte du collège Sainte-Marie de Montréal, supérieur de la résidence de Québec à partir de 1858. Rentré en France en 1862, il est pendant dix ans recteur du Collège de Vannes. Il meurt à Paris le 25 novembre 1886. Sa contribution au mouvement historiographique et littéraire canadien, entre 1840 et 1861, est importante.

CETTE biographie, oeuvre du jésuite Félix Martin, est la première qu'on ait consacrée à Louis-Joseph Gozon, marquis de Montcalm, dont elle ne relate, cependant, que la carrière militaire. Après les années de service en Europe (1724-1756), c'est l'aventure de la guerre de Sept Ans en Amérique : le biographe raconte avec enthousiasme les victoires de Chouagen (1756), du fort George (1757) et du fort Carillon (1758) et fait une longue analyse critique de l'administration coloniale. Pour finir, sont évoqués avec émotion la bataille des plaines d'Abraham, la défaite française, les derniers moments de Montcalm et la capitulation de Québec.

Le père Félix Martin s'appuie sur une documentation abondante : la correspondance de Montcalm, un éloge du marquis paru dans le Mercure de France en 1760, le livre de Dussieux : le Canada sous la domination française. Il emprunte même quelques pages à l' Histoire du Canada* de Garneau, en dépit de leur « teinte de partialité et même d'injustice ». Il donne en appendice quelques pièces justificatives, parmi lesquelles on retrouve des chansons populaires, des extraits de la correspondance officielle et des articles de la capitulation.

Dans la première édition seulement, l'auteur ajoute à la biographie un texte hors-d'oeuvre : le « Dialogue des morts entre le marquis de Montcalm et le général Wolfe». Ce manuscrit anglais, déposé à la bibliothèque du ministère de la Guerre à Paris, est attribué à James Johnstone, aide de camp du chevalier de Lévis. Les deux généraux jugent la campagne de 1759. Le dialogue est écrit par un partisan passionné de Montcalm.

Au jugement de la science historique actuelle, la première biographie de Montcalm s'est dévaluée quant au contenu et à la méthode. Elle n'en conserve pas moins l'intérêt et le mérite du « premier de cordée ».

Georges-Emile GIGUÈRE.

OEUVRES

DE MONTCALM EN CANADA ou les Dernières Années de la colonie française (1756-1760),

Paris, P.-M Laroche, Leipzig, L.-A. Kittler, et Tournai, H. Casterman, 1867, X, 354 p. ; Paris, G.Tequi, 1875, 342 p. ; 1879; 1898.

ETUDES

[ANONYME], « Publications. De Montcalm en Canada ou les Dernières Années de la colonie française (1754-1759) [ sic ], par Un ancien missionnaire », la Minerve, 14 septembre 1868, p. 2.

Georges ROBITAILLE, Montcalm et ses historiens, Montréal, Granger frères, 1936, 237 p.

Plan du site | Droits d'auteur | Confidentialité | Déclaration de services aux citoyens | Accès à l'information
© Bibliothèque et Archives nationales du Québec