Collections - Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
CHOSES ET AUTRES

de Narcisse-Henri-Édouard FAUCHER DE SAINT-MAURICE.

COMME l'indique son titre, ce recueil est composé en grande partie d'écrits de circonstance qui ont jalonné l'activité intellectuelle de Faucher de Saint-Maurice au début de sa carrière d'homme de lettres. On y trouve surtout des conférences données devant la Société littéraire et historique de Québec.

La pièce la plus intéressante est certes « l'Homme de lettres, sa mission dans la société moderne ». Dans cette conférence, qui date de la même année (1866) que le « Mouvement littéraire au Canada » de l'abbé Casgrain et témoigne des mêmes préoccupations. Faucher de Saint-Maurice déplore les ravages de la mauvaise littérature et en particulier du roman ; puis il invite l'homme de lettres à fournir à tous les membres de la société, en particulier aux petites gens, des livres qui leur fassent comprendre leur devoir et respecter l'ordre établi ; enfin, il assigne à l'écrivain canadien une mission spéciale : « Dans un demi-siècle, notre littérature sera à la littérature française ce que la Bretagne est au reste de la France, bonne, loyale et pleine de foi en son Dieu et en son caractère national. » Viennent ensuite un certain nombre de pages consacrées à la critique littéraire. Faucher était un homme aux lectures remarquablement nombreuses, en littérature tant française et anglaise que canadienne. Ses conférences sont surtout consacrées aux oeuvres canadiennes. Il fait la revue des parutions des dernières années, comme les Mémoires* d'Aubert de Gaspé, les romans de Joseph Marmette, Sabre et Scalpel* de Napoléon Legendre et l' Histoire de la littérature canadienne* d'Edmond Lareau. Il reproche à Legendre d'avoir voulu pasticher Ponson du Terrail en transportant sur les rives du Saint-Laurent les châteaux du moyen âge et toute la maffia italienne. Ouvertement hostile à Lareau, il note l'anomalie des longues introductions de caractère universel suivies d'un simple catalogue d'ceuvres. Le caractère stéréotypé des appréciations ne lui échappe pas. Il souligne les nombreuses fautes de style et surtout le ridicule des comparaisons trop louangeuses : Octave Crémazie est un autre Salvator Rosa, Paul Stevens, le La Fontaine du Canada.

Plusieurs pages témoignent de l'intérêt que portait Faucher de Saint-Maurice aux études historiques. Il félicite Edwin Tross, de Paris, de ses « publications américaines », et tous les chercheurs qui se sont appliqués à reconstituer les archives d'histoire du Canada.

Nous trouvons enfin, égarées dans ce recueil, deux légendes déjà parues dans la Revue canadienne « le Crucifix outragé » et « les Larmes du Christ ». La première raconte un procès pour sorcellerie tenu à Montréal en 1742, la seconde, portant en sous-titre « Légende catholique », présente le Christ en agonie qui voit tous les papes martyrs, de saint Pierre à Pie IX.

Maurice LEMIRE.

OEUVRES

CHOSES ET AUTRES. Études et conférences,

Montréal, Duvernay frères et Dansereau, 1874, 294 p. « Les Larmes du Christ. Légende catholique », la Revue canadienne, mars 1868, p. 216-220. « Le Crucifix outragé. Un procès de sorcellerie à Montréal — 1742 », la Revue canadienne, 1870, p. 92-101.

ETUDES

J[acques] AUGER, « Oeuvres complètes de M. Faucher de Saint-Maurice », le Journal de Québec, 6 octobre 1874, p. 2 ; la Minerve, 8 octobre 1873, p. 3 ; le Canadien, 13 octobre 1874, p. 2.

Joseph DESROSIERS, « les Oeuvres complètes de M. Faucher de Saint-Maurice », l'Opinion publique, 29 octobre 1874, p. 529-530.

Raoul RENAULT, Faucher de Saint-Maurice. Son oeuvre, Québec, Imprimerie Léger Brousseau, 1897, 15 p.

Plan du site | Droits d'auteur | Confidentialité | Déclaration de services aux citoyens | Accès à l'information
© Bibliothèque et Archives nationales du Québec